Deux dispositifs au service de l’accompagnement professionnel

Deux dispositifs au service de l’accompagnement professionnel

SDAT entreprise est un ensemblier au service des parcours singuliers. Il se compose de trois ateliers de remobilisation (Dijon, Beaune et Seurre), de plusieurs Ateliers Chantiers d’Insertion (ACI), répartis sur quatre sites (Dijon, Beaune, Seurre et Nuits-Saint-Georges) et d’une petite entreprise de travaux funéraires auto financée.

Ces différents dispositifs permettent de créer un parcours d’insertion sociale et professionnelle individualisé pour permettre l’inclusion des personnes très éloignées de l’emploi. L’articulation entre la politique d’insertion du conseil départemental et la politique publique de l’emploi permet de regrouper deux phases distinctes mais complémentaires et surtout indispensables à la construction des parcours singuliers.

Les Ateliers Chantier d’Insertion (ACI)

Les missions

Les ACI relèvent de la politique publique de l’emploi dans le cadre de l’Insertion par l’Activité Economique (IAE). Ils proposent un accompagnement et une activité professionnelle aux personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières. Les salariés des ACI bénéficient d’un Contrat à Durée Déterminée d’Insertion (CDDI) après validation d’un PASS IAE.

Ce contrat permet à chaque salarié de travailler entre 20h et 35h semaine en fonction de sa progression dans son parcours d’insertion. Les ACI sont conventionnés par l’État et bénéficient d’aides pour accomplir leurs missions d’accompagnement socioprofessionnel. Le PASS IAE, permet au salarié de prétendre à une durée de parcours de 24 mois maximum au sein d’une Structure de l’Insertion par l’Activité Economique (SIAE).

 

SYNTHÈSE de l’année 2021 SDAT Entreprise

La prise en charge

La fonction d’accompagnement socioprofessionnel est assurée sur les ateliers chantiers d’insertion par une équipe de 7 conseillers en insertion professionnelle. A cette équipe s’ajoute en septembre 2021, l’arrivée d’un conseiller numérique qui, à terme interviendra sur l’ensemble des sites.

Véritable référent du parcours individuel de chaque salarié, le CIP recrute, accueille, accompagne et oriente chaque salarié dans son parcours singulier. Le binôme que le CIP constitue avec l’encadrement technique de chaque ACI porte la mise en œuvre du projet d’insertion de SDAT-entreprise.

Les objectifs du service CIP restent centrés sur la mise en œuvre d’un parcours socioprofessionnel le plus étayé possible qui s’appuie sur l’utilisation de logiciels partagés (SILESA), la systématisation du protocole d’accueil de chaque nouveau salarié, la systématisation des bilans d’évaluation, la tenue d’indicateurs partagés, la mise en place de réunions CIP multisites en transversalité, l’essaimage des Maisons Digitales.

Les encadrants techniques assurent l’encadrement et l’accompagnement professionnel. Ils ont pour finalité l’atteinte des objectifs de production en prenant en compte les impératifs de formation et d’insertion des salariés. Ils font acquérir des compétences et comportements professionnels en situation de production en s’appuyant sur leur expertise technique.

Les ACI relèvent de la politique publique de l’emploi dans le cadre de l’Insertion par l’Activité Economique (IAE). Ils proposent un accompagnement et une activité professionnelle aux personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières. Les salariés des ACI bénéficient d’un Contrat à Durée Déterminée d’Insertion (CDDI) après validation d’un PASS IAE.

Ce contrat permet à chaque salarié de travailler entre 20h et 35h semaine en fonction de sa progression dans son parcours d’insertion. Les ACI sont conventionnés par l’État et bénéficient d’aides pour accomplir leurs missions d’accompagnement socioprofessionnel. Le PASS IAE, permet au salarié de prétendre à une durée de parcours de 24 mois maximum au sein d’une Structure de l’Insertion par l’Activité Economique (SIAE).

 

SYNTHÈSE de l’année 2021 SDAT Entreprise

La fonction d’accompagnement socioprofessionnel est assurée sur les ateliers chantiers d’insertion par une équipe de 7 conseillers en insertion professionnelle. A cette équipe s’ajoute en septembre 2021, l’arrivée d’un conseiller numérique qui, à terme interviendra sur l’ensemble des sites.

Véritable référent du parcours individuel de chaque salarié, le CIP recrute, accueille, accompagne et oriente chaque salarié dans son parcours singulier. Le binôme que le CIP constitue avec l’encadrement technique de chaque ACI porte la mise en œuvre du projet d’insertion de SDAT-entreprise.

Les objectifs du service CIP restent centrés sur la mise en œuvre d’un parcours socioprofessionnel le plus étayé possible qui s’appuie sur l’utilisation de logiciels partagés (SILESA), la systématisation du protocole d’accueil de chaque nouveau salarié, la systématisation des bilans d’évaluation, la tenue d’indicateurs partagés, la mise en place de réunions CIP multisites en transversalité, l’essaimage des Maisons Digitales.

Les encadrants techniques assurent l’encadrement et l’accompagnement professionnel. Ils ont pour finalité l’atteinte des objectifs de production en prenant en compte les impératifs de formation et d’insertion des salariés. Ils font acquérir des compétences et comportements professionnels en situation de production en s’appuyant sur leur expertise technique.

Les ateliers de remobilisation

Les missions

L’atelier de remobilisation se révèle être un outil très adapté à la prise en charge du public inadapté à l’emploi dans la mesure où elle représente la « première marche » d’une dynamique permettant de travailler sur les freins à l’émergence d’un « projet de vie » pour envisager ensuite un projet ou préprojet professionnel. Cette remise en activité progressive est de nature à favoriser l’accès au chantier d’insertion ou à l’emploi ordinaire comme certaines situations ont pu le démontrer ces dernières années.

En articulant très étroitement la politique d’insertion et la politique publique de l’emploi, nous pouvons ainsi alimenter la singularité des parcours sur une temporalité beaucoup plus adaptée à la prise en charge d’un public à fort degré d’éloignement à l’emploi. Il est ainsi possible de bénéficier d’une prise en charge d’une durée de 12 mois (renouvellement possible) en atelier de remobilisation pour ensuite obtenir un agrément (PASS IAE) d’une durée de 24 mois au sein d’un ACI.

 

SYNTHÈSE de l’année 2021 SDAT Entreprise

La prise en charge

Elle se décompose en trois axes :

La mise en activité : quasi quotidienne et ritualisée elle permet l’inscription de l’individu au sein d’un groupe bienveillant, visant à aider à la reconstruction de l’estime de soi à travers la réussite d’actes simples, valorisants et visibles quand il s’agit d’activité d’utilité sociale, où les bénéficiaires sont mis en situation de transmission.

L’accompagnement individuel au service d’un parcours singulier :

  • Un diagnostic partagé à l’entrée puis au terme de la phase d’intégration en lien avec le travailleur social prescripteur permet de dégager les hypothèses de travail et leurs étapes ;
  • L’accompagnement individuel engagé s’appuie sur les éléments observés au sein de la mise en activité pour dégager les points forts et les points d’effort ;
  • Des temps formalisés d’entretien sont programmés afin de travailler le projet sur la base de techniques de recherche d’emploi : CV, lettre de motivation, candidatures, rencontres d’entreprises, participation à des informations collectives Pôle Emploi ou autre, etc ;
  • Un travail de repérage des freins est engagé : santé, logement, gestion, famille, justice, en lien constant avec le travailleur social, assorti d’actions d’orientation et d’accompagnement physique sur ces thématiques, le cas échéant ;
  • Le parcours singulier permet l’évolution de la personne à son propre rythme en lien continu avec le travailleur social prescripteur. La progression est ponctuée de bilans, évaluations et synthèses pour une vision globale du projet socio professionnel ;
  • Mise en place d’un outil de mobilité (ramassage) en milieu rural –afin que l’éloignement géographique ne soit pas un frein à l’inscription dans le dispositif- assortie d’un travail sur le maintien ou l’acquisition d’autonomie dans les déplacements ;
  • Avancer au rythme de la personne : aller « au-devant », notion d’« apprivoisement », donner envie de revenir, tolérer que des phases de ruptures émaillent le parcours ;

La découverte et la connaissance de l’environnement

Cet axe est articulé avec les deux précédents. Les sorties culturelles font écho aux activités conduites au sein de l’atelier et les sorties de découverte de l’environnement ont pour but d’éclairer les projets individuels dont les besoins sont repérés au gré de l’accompagnement individuel. (Découverte du contexte socio-économique du territoire, découverte des métiers, entreprises, organismes divers)

L’atelier de remobilisation se révèle être un outil très adapté à la prise en charge du public inadapté à l’emploi dans la mesure où elle représente la « première marche » d’une dynamique permettant de travailler sur les freins à l’émergence d’un « projet de vie » pour envisager ensuite un projet ou préprojet professionnel. Cette remise en activité progressive est de nature à favoriser l’accès au chantier d’insertion ou à l’emploi ordinaire comme certaines situations ont pu le démontrer ces dernières années.

En articulant très étroitement la politique d’insertion et la politique publique de l’emploi, nous pouvons ainsi alimenter la singularité des parcours sur une temporalité beaucoup plus adaptée à la prise en charge d’un public à fort degré d’éloignement à l’emploi. Il est ainsi possible de bénéficier d’une prise en charge d’une durée de 12 mois (renouvellement possible) en atelier de remobilisation pour ensuite obtenir un agrément (PASS IAE) d’une durée de 24 mois au sein d’un ACI.

 

SYNTHÈSE de l’année 2021 SDAT Entreprise

Elle se décompose en trois axes :

La mise en activité : quasi quotidienne et ritualisée elle permet l’inscription de l’individu au sein d’un groupe bienveillant, visant à aider à la reconstruction de l’estime de soi à travers la réussite d’actes simples, valorisants et visibles quand il s’agit d’activité d’utilité sociale, où les bénéficiaires sont mis en situation de transmission.

L’accompagnement individuel au service d’un parcours singulier :

  • Un diagnostic partagé à l’entrée puis au terme de la phase d’intégration en lien avec le travailleur social prescripteur permet de dégager les hypothèses de travail et leurs étapes ;
  • L’accompagnement individuel engagé s’appuie sur les éléments observés au sein de la mise en activité pour dégager les points forts et les points d’effort ;
  • Des temps formalisés d’entretien sont programmés afin de travailler le projet sur la base de techniques de recherche d’emploi : CV, lettre de motivation, candidatures, rencontres d’entreprises, participation à des informations collectives Pôle Emploi ou autre, etc ;
  • Un travail de repérage des freins est engagé : santé, logement, gestion, famille, justice, en lien constant avec le travailleur social, assorti d’actions d’orientation et d’accompagnement physique sur ces thématiques, le cas échéant ;
  • Le parcours singulier permet l’évolution de la personne à son propre rythme en lien continu avec le travailleur social prescripteur. La progression est ponctuée de bilans, évaluations et synthèses pour une vision globale du projet socio professionnel ;
  • Mise en place d’un outil de mobilité (ramassage) en milieu rural –afin que l’éloignement géographique ne soit pas un frein à l’inscription dans le dispositif- assortie d’un travail sur le maintien ou l’acquisition d’autonomie dans les déplacements ;
  • Avancer au rythme de la personne : aller « au-devant », notion d’« apprivoisement », donner envie de revenir, tolérer que des phases de ruptures émaillent le parcours ;

La découverte et la connaissance de l’environnement

Cet axe est articulé avec les deux précédents. Les sorties culturelles font écho aux activités conduites au sein de l’atelier et les sorties de découverte de l’environnement ont pour but d’éclairer les projets individuels dont les besoins sont repérés au gré de l’accompagnement individuel. (Découverte du contexte socio-économique du territoire, découverte des métiers, entreprises, organismes divers)

La notion de parcours singulier